• Auteur/autrice de la publication :
  • Dernière modification de la publication :10 mai 2024
  • Post category:Finance
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Temps de lecture :2 min de lecture

La réalisation d’infrastructures en Afrique se heurte à la complexité de la mobilisation des fonds auprès d’acteurs internationaux et de banques de développement. La fluctuation du système monétaire international et la réduction de l’aide publique des pays développés compliquent davantage la situation.

Les pays africains, visant les Objectifs de Développement Durable (ODD), réorientent leurs stratégies infrastructurelles vers des projets éco-responsables. Toutefois, les conditions imposées par les bailleurs de fonds traditionnels sont souvent rigoureuses, rendant la diplomatie économique insuffisante pour stimuler les investissements dans ce domaine. Les financements liés au climat deviennent donc une cible privilégiée.

Le Bénin a bénéficié d’un prêt de 239 millions de dollars de la Banque Africaine de Développement (BAD), soutenu par le Royaume-Uni, pour combattre les inondations urbaines, s’inscrivant dans l’initiative ROOM TO RUN. Ce projet vise à construire des systèmes de drainage pour réduire les risques sanitaires liés aux eaux stagnantes, avec le soutien financier de plusieurs institutions bancaires régionales et internationales.

À l’Île Maurice, la fintech NITHIO a levé 10 millions de dollars auprès d’un organisme néerlandais pour investir dans les PME locales et promouvoir l’accès à l’énergie renouvelable. L’emprunt en monnaie locale offre un avantage significatif en termes de taux d’intérêt et de risques, bénéficiant directement aux distributeurs d’équipements énergétiques et de communication.

La Côte d’Ivoire a obtenu un financement de 1,3 milliards de dollars du FMI pour des projets anti-inondation et de gestion des pandémies, illustrant une approche alternative au financement des infrastructures. Poursuivre la lutte contre les maladies transmissibles, et ralentir le développement des maladies non infectieuses : telle est donc la double urgence qui se dessine.

En somme, l’Afrique s’oriente vers une approche de développement durable, exploitant les mécanismes de financement climatique pour concrétiser ses initiatives publiques.

Laisser un commentaire