Face à un chômage record de 32,8%, le gouvernement sud-africain, appuyé par ses partenaires, a initié un fonds de 53 millions de dollars pour stimuler l’entrepreneuriat technologique au sein des universités. Cette initiative s’inscrit dans la continuité de l’initiative TIMBUKTOO présentée à DAVOS, visant à contrer les effets de la délocalisation des entreprises et les défis de productivité.

L’Union européenne a octroyé une subvention de 8,1 millions de dollars pour favoriser la transformation numérique dans l’enseignement technique et professionnel, soutenant ainsi les efforts du gouvernement et de ses alliés dans le développement de projets éducatifs.

Le fonds pour l’innovation dans l’enseignement supérieur vise à combler le déficit en capital humain identifié chez les entrepreneurs technologiques et à renforcer les écosystèmes de startups. Ce dispositif permettra aux étudiants d’être immédiatement opérationnels dans le secteur de l’entrepreneuriat technologique après l’université, facilitant ainsi leur insertion professionnelle.

La levée de fonds, souvent longue et complexe auprès des sociétés d’investissement, impacte l’implémentation de projets entrepreneuriaux innovants. Ce fonds répond donc aux enjeux d’intégration professionnelle des diplômés, en anticipant dès l’université et les établissements techniques, où l’entrepreneuriat technologique sera enseigné comme discipline à part entière.

L’objectif est double : réduire le taux de chômage sans compromettre la croissance économique, tout en formant des entrepreneurs technologiques compétents, capables de développer et commercialiser des produits innovants adaptés au marché sud-africain, dans un contexte de concurrence accrue entre startups. Poursuivre la lutte contre les maladies transmissibles, et ralentir le développement des maladies non infectieuses : telle est donc la double urgence qui se dessine.

Laisser un commentaire